Langue
La Clau
Faire le plein d’essence à La Jonquera et à Figueres, la fin d’une époque ?
Langue

Ajouté aux habituels achats de cigarettes et autres alcools, faire le plein de Carburant en Catalogne du sud est un réflexe répandu. Depuis plusieurs décennies, la bonne affaire est flairée sans même avoir à consulter les prix affichés sur les pompes. Mais l’écart entre les tarifs français et espagnols se réduit, aux dépends des consommateurs des Pyrénées-Orientales et du Languedoc. Ce 1er janvier 2011, le litre de super sans plomb coûte autour de 1,4 euro à Perpignan et 1,21 euro à La Jonquera ou Figueres. Le tout avec un baril avoisinant le prix de 92 dollars, encore bien éloigné du record historique d’octobre 2008. Mais après une année 2010 où l’augmentation des prix a surtout touché l’Espagne, où le super a augmenté de 16% et le gasoil de 21%, une tendance se dessine, superposée aux hausses globales en Europe. Ce changement progressif, illustré par d’autres produits de consommation courante, peut modifier les dynamiques en place entre les deux versants du massif des Albères.

Depuis les années 1980, la multiplication des pompes à essence des supermarchés et hypermarchés a réduit le nombre de stations-service traditionnelles dans l’ensemble de l’Europe occidentale. A l’issue de ce changement, le département des Pyrénées-Orientales dispose actuellement de seulement 69 points de distribution, soit une station pour 6720 habitants, tandis que la province de Girona en affiche 166, soit un poste à essence pour 4530 habitants. Cependant, la France compte une station pour 5240 habitants et l’Espagne une station pour 5.222. Mais les petits pompistes nord-catalans ont été davantage victimes de la grande distribution, qui représentait 60% des parts de marché en France en 2009, que leurs concurrents sud-catalans de proximité. Pour le quotidien du consommateur de base, les prévisions les plus probables liées aux dures politiques espagnoles de relance économique laissent entendre le début d’une uniformisation des tarifs, notamment sur l’axe Perpignan-Girona. Cette convergence, plus évidente qu’autrefois, se manifeste d’ores et déjà par l’inflation espagnole sur les produits alimentaires, comme sur le prix du tabac, du gaz, du ticket de métro barcelonais et de l’électricité, dont le prix augmente de 3% ce 1er janvier en France et de 9,8% en Espagne. Ce même tableau contient une hausse du tarif des péages de Catalogne du Sud, de 3,45%, décidée cette semaine par le nouveau Gouvernement de Catalogne.

Partager

Icona de pantalla completa