Langue
La Clau
Face à la crise, les écoles La Bressola veulent séduire les entreprises
Langue

Le réseau d’écoles catalanes La Bressola affronte plusieurs difficultés financières, qui n’engagent pas son avenir, mais forcent l’inventivité, lors de cette année scolaire 2010-2011. Dotée d’un budget annuel de 2,2 millions d’euros, La Bressola doit combler le manque imputable à l’annulation récente des aides d’Etat contenues dans ses Contrats d’Accompagnement à l’Emploi (CAE), qui complétaient la masse salariale affectée aux enseignants. Un autre écueil, lié à la crise comme le précédent, est le retard de paiement d’une partie des 170 communes sud-catalanes engagées à verses au réseau une cotisation solidaire. Bon nombre de villes d’outre-Pyrénées « ne peuvent pas payer, ce qui provoque chez nous un manque de 80.000 euros », comme nous affirmait ce dimanche le directeur général de La Bressola, Joan Pere Le Bihan.

Pour assurer le bon fonctionnement de ses huit établissements, dont deux écoles primaires à Perpignan et un collège inauguré en 2008 au Soler, La Bressola lance ainsi un nouveau système de financement. Le but en est de compléter les subventions de l’Etat, du gouvernement de Catalogne, de la région Languedoc-Roussillon et du Conseil Général des Pyrénées-Orientales. En ce sens, une campagne de séduction de l’ensemble des entreprises du Pays Catalan du Nord débutera cette semaine. Reconnue «d’intérêt général» par le ministère des Finances depuis le mois d’avril, l’association La Bressola tentera d’obtenir un maximum de participations privées, en faisant profiter les entreprises engagées d’une « réduction d’impôts de 60% du montant offert », selon M. Le Bihan.

Paradoxalement, la structure de La Bressola, qui comprend 87 salariés et 727 élèves, doivent aussi faire face aux difficultés inhérentes à son succès, lui-même favorisé par une certaine image d’excellence. Joan Pere Le Bihan insiste « Nous souhaiterions ouvrir une école à Thuir, à Ille-sur-Têt, à Banyuls et à Céret, car le public existe », mais il s’agit d’abord de renforcer son fonctionnement économique pour « bien faire, comme nous l’avons fait jusqu’à présent, avec les résultats même école ». Le directeur général souligné « nous pourrions accueillir potentiellement des milliers de nouveaux élèves ». La Bressola, née en 1976 sur une base militante, s’est normalisée au fil de l’histoire, notamment après la signature d’un contrat d’agrément avec le ministère de l’Education nationale, en 1995. Son bilan scolaire pour l’année 2009 fait état de 100% de réussite au brevet des collèges.

Partager

Icona de pantalla completa