Langue

L’été 2011 est celui d’un retour officiel des contrôles de marchandises aux frontières, spécifiquement dans les Pyrénées-orientales. Aux habituels contrôles portant sur les stupéfiants, opérés par les douanes, s’ajoutent des filtrages de camions en transit sur l’autoroute A9, en provenance du territoire espagnol. Sur ce principe, désormais légal, le 11 juillet, plusieurs dizaines de routiers transportant des fruits et légumes ont été interceptés au péage du Boulou en Roussillon. La Direction départementale de la protection de la population (DDPP), en partenariat avec la Police aux frontières (PAF), a suivi l’ordre du préfet du territoire, Jean-François Delage, relayant la demande expresse du secrétaire d’Etat chargé du commerce. De passage en Pays Catalan, seulement trois jours plus tôt, Frédéric Lefebvre a en effet lancé l’idée de de contrôles accrus de marchandises étrangères.

Les opérations de filtrage ont permis de vérifier d’éventuelles infractions sur les bons de commandes, certains camions transportant des marchandises sans prix déterminé. Cette pratique illégale est ciblée par d’autres actions, dont la prochaine est prévue ce mardi 26 juillet. La Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FDSEA) et les Jeunes Agriculteurs des Pyrénées-Orientales seront présents au péage du Boulou dès 7h, pour toute la matinée, à l’occasion d’une opération de filtrage. La directrice de la FDSEA du territoire, Nathalie Capillaire, nous indiquait ce vendredi “Nous veillerons au ralentissement de certains véhicules”. Cette mobilisation, assortie d’une distribution de tracts et de fruits pour faire patienter les automobilistes, doit “dénoncer une situation catastrophique du marché des fruits et légumes” face à la concurrence espagnole. Cependant dans le cadre d’un marché ouvert, cette fermeture partielle de l’espace frontalier reste unilatérale, car des contrôles inverses n’ont pas lieu à La Jonquera, envers des camions français transportant d’autres marchandises. Mais ce protectionnisme propre au XXe siècle doit satisfaire les inquiétudes du monde agricole nord-catalan, dans une époque où l’Europe intégrée, malgré quelques errances, reste une réalité en devenir.

Partager