Langue

La création d’une chaîne de télévision territoriale dans les Pyrénées-Orientales, convoitée depuis 2008, devrait devenir une réalité en 2013. Dans l’histoire récente, jusqu’en 1990, deux expériences ont été menées, « Canal Roussillon » à Saint-Cyprien et « TV Roussillon » à Perpignan, mais la réalité économique les a stoppées. En 1996, la mairie de Perpignan lançait la chaîne câblée Perpignan Infos, devenue Perpignan TV, mais le sort et une certaine errance des contenus en ont eu raison. Puis, des faux départs se sont produits à partir de 2008, principalement autour du groupe de presse Sud-Ouest via le journal L’Indépendant associé au Conseil général, prévoyant une « TV Pyrénées-Orientales » dès 2009. Mort-né, ce projet devait être rallié progressivement par la mairie de Perpignan, l’agglomération Perpignan Méditerranée et la puissance société de Bâtiment et Travaux Publics Fondeville.

A l’issue de plusieurs années d’hésitations, un opérateur sérieux devrait finalement s’assurer une présence sur la TNT nord-catalane en 2013. En effet, la société montpelliéraine Média du Sud et sa chaîne TV Sud, doivent obtenir du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), fin 2012, une autorisation d’extension de ses émissions jusqu’à Perpignan, Nice et Toulon. Il ne s’agira pas de chaînes de pays, mais de simples fenêtres locales de deux heures quotidiennes. TV Sud, reçue à Montpellier, Marseille et Nîmes, affronte la cruelle réalité du marché publicitaire et de l’intérêt des contenus, axés sur la tauromachie et le tourisme, pour un résultat provincial, incomparable à l’offre historique. Pour résoudre cette difficulté, cette chaîne, mise en demeure par le CSA, en mai 2012 en raison d’un défaut de production locale, vise 10 millions de téléspectateurs afin d’attirer les annonceurs. Le Roussillon devra constituer une simple pièce de puzzle à des fins extérieures, simultanément aux menaces progressives pesant sur France 3 Pays Catalan, tandis que la société publique Télévision de Catalogne jouit très officiellement d’un canal dédié pour ses quatre chaînes.

Cet article fait l’objet d’une demande d’insertion exprimée le 20 octobre 2012 par M. Daniel Tichadou, ancien directeur de Perpignan TV.

« Le sort et le hasard n’ont rien à voir sur ce qui est arrivé à Perpignan TV. Il s’agit certainement de non-volonté ou d’incapacité des actionnaires de l’époque mais pas de hasard. Je tiens à votre disposition toutes les pièces nécessaires pour étayer mes propos. Quant à l’errance de contenus dont vous parlez, jamais, avec aussi peu de moyens, une chaîne de télévision en France, n’a produit autant d’heures de qualité. Je trouve vos propos injurieux à l’encontre de professionnels reconnus qui ont produit 7 jours sur 7 et 24h/24 des programmes qui mettaient en valeur ceux qui, trop souvent dans l’anonymat, permettent la vie quotidienne de la cité. Les décideurs politiques de l’époque, certainement mal conseillés, n’ont pas ou peu soutenu le projet. Suite à une intervention auprès du CSA, nous avons appris que s’ils l’avaient soutenu fermement, nous aurions eu une fréquence. La suite, vous la connaissez : un gâchis, le projet de l’Indépendant qui n’a pas abouti et une dizaine de salariés sur le carreau ».

Partager

Icona de pantalla completa