Langue

La connexion Perpignan-Barcelone par Ligne à Grande Vitesse, très attendue en Catalogne Nord dans le cadre d’une ouverture économique vers le Sud, qui y voit davantage une ouverture vers Paris que vers Perpignan, n’a fini d’étonner les observateurs de longue date. Annoncée pour 2012, après la résolution des problèmes de parcours souterrains à Barcelone, la ligne est désormais repoussée à 2015 selon les déclarations effectuées hier à Bruxelles par le président sud-catalan José Montilla. D’après ses dires, l’accès à de nouvelles aides économiques à travers l’Eurorégion, composée de la région Languedoc-Roussillon, de la Catalogne Sud, de l’archipel baléare et de la région Midi-Pyrénées permettra de résoudre les « problèmes en suspens » de son territoire, parmi lesquels le dossier TGV fait figure de gros morceau. M. Montilla s’est exprimé après la signature, en compagnie des représentants des régions citées, des statuts d’un « Groupement européen de Coopération Territoriale », voué à accélérer les demandes de subventions de l’Eurorégion Nord/Sud auprès de l’Union Européenne. Lors de cette rencontre, le président de la région Languedoc-Roussillo, Georges Frêche, était représenté par sa vice-présidente, Corinne Giacometti.

Partager

Icona de pantalla completa