Langue

La célèbre compagnie irlandaise low cost Ryanair pourrait profiter de la crise du transport aérien et de la dépression économique en se positionnant sur le segment des longues distances par l’intermédiaire d’une compagnie jumelle, selon une information publiée aujourd’hui par le Daily Telegraph. L’entreprise casserait le prix des billets pour ses vols transatlantiques et proposerait des tarifs-plancher de 12 euros à l’arrière de ses avions, tout en augmentant le prix sur les sièges situés à l’avant. Parmi les points de départ des vols depuis l’Europe, évalués à 8 ou 9, l’un pourrait être l’aéroport de Girona, les destinations étant New-York, Boston, San Diego, Denver et Dallas, à travers de petits aéroports proches fournissant des prestations de qualité à bas prix, selon la stratégie habituelle de Ryanair. Le lancement de cette politique dépend de la désaffection d’appareils, cloués à terre par manque de marché, dans un phénomène envisagé à courte ou moyenne échéance, selon la compagnie, qui n’en finit pas de surprendre la clientèle et les économistes.

Partager

Icona de pantalla completa