Langue

Le gouvernement catalan a présenté par surprise, le 6 septembre, un ambitieux projet de parc à thème intitulé « Barcelona world ». Ce futur site, voisin du célèbre parc d’attractions Port Aventura de Salou, dans la province de Tarragona, contiendra 6 espaces différents, consacrés à la Russie, au Brésil, à l’Inde, à la Chine, aux Etats-Unis et à l’Europe. Cette réalisation est confiée au groupe brésilien Veremonte, piloté en Europe par le magnat valencien Enrique Bañuelos, en partenariat avec le gouvernement catalan et la banque La Caixa, principal actionnaire de Port Aventura et propriétaire des 826 hectares de terrain choisi pour l’implantation. A 2 heures de TGV de Perpignan, ce futur parc, voué à devenir le plus important d’Europe, recevra un investissement de 4,77 milliards d’euros, pour un total de 40.000 emplois. Il devra accueillir 10 millions de visiteurs par an, contre 4 actuellement à Port Aventura, et ouvrira ses portes en 2016. Selon les prévisions, chaque parc disposera d’un hôtel de 2000 lits, un casino, un espace commercial, un palais des congrès et des dizaines de bureaux. A l’occasion de la présentation officielle, le ministre-conseiller du territoire et du développement durable catalan, Lluís Recorder, aux côtés du président Artur Mas, affirmait la volonté de transformer la Catalogne en “leader touristique européen et l’un des premiers du monde”. Ce rang signifierait le rattrapage de certaines erreurs, dont Disneyland Europe, envisagé au Sud de Tarragona mais accueillie à Marne-la-Vallée.

Madrid accueillera « Eurovegas »

Après plusieurs mois d’hésitations au sujet de son implantation en territoire espagnol, les promoteurs d’un autre projet, « Eurovegas », ont révélé le 7 septembre leur préférence pour Madrid. Cet autre complexe, un temps envisagé dans le secteur du delta du Llobregat, proche de Barcelone, sera intégralement consacré à l’industrie du jeu. L’appétit manifesté envers ce dernier projet a passionné la Catalogne, entre partisans d’une économie à tout prix et défenseurs de critères éthiques, liés à l’image du territoire. Courant juillet, une étude de l’institut Cabinet des Etudes Sociales et de l’Opinion Publique indiquait ainsi une proportion de 54,3 % d’opposants à Eurovegas en Catalogne. Cette réalisation, mise en oeuvre par un autre magnat, l’Américain Sheldon Adelson, est déjà promise à devenir une « usine de ludopathes avec de l’argent sale », selon le coordinateur général du parti politique Gauche Unie, Cayo Lara. Issue d’un investissement de 17 milliards d’euros, elle devra induire 260.000 emplois et attirer 11 millions de touristes par an. Cette zone abritera 12 complexes touristiques, chacun doté de 3000 chambres. L’inauguration est singulièrement prévue pour 2016 et l’achèvement de la construction pour 2020.

Partager