Langue
Castex: dans 10 ans “on pourra aller de Prades à Perpignan en vélo pour travailler”
Langue

Lors de son discours de politique générale, le 17 juillet, le Premier ministre Jean Castex a étonné le Sénat en déclarant que dans dix ans « on pourra aller de Prades à Perpignan en vélo pour aller travailler ». Cette affirmation élude les 92 km aller-retour entre la capitale du Conflent et celle du Roussillon, le dénivelé de 300 m qui sépare les deux villes, mais aussi la pluie et la tramontane, qui transforment le cyclotourisme en calvaire.

Le chef du gouvernement, peu familier des élucubrations, a provoqué le murmure circonspect de l’assemblée. Il a spécifié que les futures pistes cyclables, qui seront aménagées en France dans le cadre de l’actuel plan de relance, seront dévolues au vélo électrique : “il va raccourcir les distances, n’en riez pas (…) ça, c’est concret, et c’est ce qui va se passer”.