Langue

Le « made in china » est habituel en Europe, mais à l’inverse, certaines firmes européennes parviennent à s’introduire avec succès dans l’Empire du milieu. La société Castañé, spécialisée dans la production d’espadrilles de tradition catalane, de « vigatanes », chaussures conventionnelles et sacs-à-main design, l’ensemble actualisé selon les tendances et les marchés, annonce ainsi l’ouverture de 54 corners d’exposition d’ici 2016 en Chine. Cette entreprise fondée en 1927 à Banyoles, dans la région de Girona, est reconnue à l’international depuis la fin du siècle dernier pour ses collections variées, qu’elle se plaît à marier à la haute couture, en utilisant principalement la corde, intimement liée aux espadrilles de Catalogne. Doté de deux unités de fabrication dans la région de València et d’une autre dans celle de l’Aragon, Castañer s’introduira dans un premier temps dans les grands magasins chinois, afin de séduire les nouvelles classes moyennes, amatrices de chic européen.

Une industrie de la chaussure en croissance

L’entreprise de Banyoles, qui exporte actuellement 80 % de sa production, vers 56 pays, principalement en Italie, puis au Japon et en France, a la Catalogne, la région de Madrid et la côte méditerranéenne espagnole pour clients habituels. Présente en Colombie depuis cette année, elle vise désormais le Mexique et le Chili, pays grâce auxquels elle espère compléter un réseau de 1300 points de vente distribuée dans le monde. Adulé par les magazines Vanity Fair, Vogue, Marie-Claire et Elle, reconnu par Yves Saint Laurent et Dalí, Castañé ne connaît manifestement pas la crise et démontre, avec 23 millions de chiffre d’affaires et 150 salariés, que l’industrie de la chaussure catalane, jadis florissante jusqu’à la région du Haut-Vallespir, dans les Pyrénées-Orientales, peut prendre des allures de multinationale.

Partager

Icona de pantalla completa