Langue

Le troisième opérateur du marché français de la téléphonie mobile, Bouygues Telecom, considère que son concurrent Free abuse. Selon une information révélée le 26 novembre, ce dernier est assigné en justice par le premier au motif de « pratiques commerciales trompeuses », dans une affaire qui sera jugée le 18 décembre devant le tribunal de commerce. Bouygues estime que Free, quatrième opérateur du marché, limite le débit Internet de certains de ses clients, principalement consommateurs de vidéos, avant le seuil annoncé de 3 Go de volume de données consommées. Cette entorne au service annoncé serait accentuée lorsque Free Mobile utilise le réseau technique de l’opérateur historique Orange, avec lequel il a signé un contrat d’itinérance. Pour avancer ses arguments, Bouygues a consulté plusieurs études réalisées par le magazine Que Choisir et l’outil de mesures 4GMark. Free nie ces observations en réfutant tout dispositif de bridage de la bande passante et rejette la responsabilité sur Orange, qui serait l’auteur du plafonnement de son débit.

Partager