Langue

Le réseau d’écoles catalanes La Bressola, composé de 8 établissements, affronte une offensive syndicale, pour la première fois de son histoire. Cette semaine, l’association La Bressola, qui scolarise actuellement 727 élèves, reçoit la salve d’une intersyndicale inédite composée de la CGT, Sud Culture, Sud 66, la CNT, le SNPEFP ou encore Solidaires 66 et la Confédération Génerale du Travail de Catalogne du Sud. Dans un long communiqué, l’union s’interroge, « Où sont passés les droits des salariés », et dénonce vertement La Bressola (le berceau), qu’elle juge être « le pire employeur parmi les établissements privés du département ». Les protestataires, qui se préservent de toute attaque sur l’appartenance catalane de leur cible en défendant « une tâche absolument louable pour la normalisation » de la langue catalane, n’y vont pas de main morte. Ils pointent du doigt une absence de « contrôle » sur la « gestion des salariés » et sur la « qualité » des « prestations pédagogiques » des établissements, dont deux à Perpignan, et un collège, ou encore un supposé non-respect du droit de grève, et des heures supplémentaires non payées.

Cette bombe, qui explose après 34 ans d’activité pour le principal projet pédagogique d’immersion linguistique des Pyrénées-Orientales, évoque aussi des « bulletins de salaire illégaux ». Pour couronner ses arguments, la fédération syndicale de circonstances réprouve une charte interne, intitulée « philosophie de La Bressola », qu’elle considère contraire à la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789. Le réseau d’écoles La Bressola emploie une majorité d’enseignants sud-catalans, qui garantissent aux enfants une acclimatation naturelle à la langue. Ce personnel, habitué aux conditions de travail espagnoles, pourrait ainsi exercer son activité de manière sensiblement différente de la mode française, bien plus rigide en matière de réglement, et même accepter des salaires inférieurs. La Bressola est financée par le Gouvernement de Catalogne, la Région Languedoc-Roussillon, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales et plusieurs dizaines de mairies sud-catalanes. La plateforme syndicale invite ces institutions à « déclencher un contrôle financier approfondi » de l’association La Bressola, qui est elle-même une institution, largement reconnue et respectée dans les Pyrénées-Orientales.

Partager

Icona de pantalla completa