Langue

Après que Nicolas Sarkozy affirme euphoriquement, mardi à Madrid, que le voyage Barcelone-Lyon en TGV exigera seulement quatre heures de voyage dès 2012, le gouvernement de la Generalitat de Catalogne s’est vu hier dans l’obligation de rectifier les propos français, en rappelant les trains circulant sur le tronçon Perpignan-Montpeller ne dépasseront pas 220 km/h. Selon la notion de « grande vitesse », admise à partir des 250 km/h, considérant que les convois circuleront sur la voie « ancienne » puisque le chantier de la nouvelle ligne ne sera pas encore livré, Barcelone revoit à la baisse l’optimisme de Paris, en rappelant que la seule réalisation accomplie en 2012 sera le tronçon Perpignan-Barcelone, le tronçon Perpignan-Montpeller étant quant à lui mis en service en 2020. Les «quatre heures» annoncées par Nicolas Sarkozy pourraient ainsi être le fruit d’une stratégie d’effet d’annonce, sans incidence réelle, dans le cadre d’un sommet franco-espagnol davantage traité médiatiquement dans ses contours protocolaires que dans son son contenu technique. Pour l’heure, des trains roulant à vitesse modérée pourront circuler entre Barcelone et Perpignan dès 2010, en empruntant par le tunnel du Pertthus, pour une vitesse maximale de 200 km/h qui excluera de la sorte le terme de « TGV ».

Partager