Langue

L’aéroport de Girona tente de s’extirper du malaise créé cet hiver par le retrait partiel des prestations qu’y propose la compagnie Ryanair. Mais la dynamique de substitution du manque est en cours, avec un démarchage agressif, effectué sur un large périmètre international. Après avoir lancé, vendredi dernier, une liaison vers Moscou, un certain développement vers les pays de l’Est se confirme. Ce vendredi a ainsi permis d’inaugurer un vol vers Kiev, proposé par la compagnie Windrose Airlines, basée dans l’ancienne république soviétique, tandis que la première est générée par le premier opérateur privé russe, Transaero Airlines.

Ces deux liaisons sont limitées dans le temps, dans la mesure où elles fonctionnent jusqu’à fin septembre, mais elles représentent un nouveau signe du renforcement de l’économie régionale à l’échelle internationale. Dans ce sens, la recherche de capitaux russes pour renflouer le secteur immobilier espagnol est désormais encouragée très officiellement. Pour preuve, la secrétaire d’Etat espagnole au Logement, Beatriz Corredor, a déclaré ce vendredi à Moscou l’intérêt d’attirer d’une telle approche économique, compte tenu des investissements de clientèle russe en Espagne, qui ont progressé de 20% en 2010, spécifiquement en matière immobilière.

Ikea achète pour Moscou des tables fabriquées à Olot

Sur cette même rampe de progression, la société Resol Dd, basée à Olot, dans la région de la Garrotxa, entend aussi tirer des bénéfices des deux nouvelles liaisons aériennes. Cette entreprise spécialisée dans le design d’intérieur s’introduit actuellement dans le marché russe, par l’intermédiaire de la firme suédoise Ikea. Resol Dd est en effet en charge de fournir 3000 tables et 800 tables plastiques de sa création, afin de fournit 8 établissements du célèbre fabricant de meubles en kit, notamment à Saint-Petersbourg et Moscou. Cette opération, évalué à 500.000 d’euros, est envisagée par la société comme un démarrage, pour une pénétration des pays de l’Est, par des produits contemporains, à prix accessible. Le fabricant d’Olot, en activité depuis 1969, peut en effet produire 4 millions de chaises par an, dans son usine de 40.000 m2. Ses exportations concernent 75 pays dans le monde.

Partager