Langue

La construction de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) entre Perpignan et Barcelone entre dans sa phase finale, avec l’installation des premiers rails sur le dernier tronçon qui en était encore dépourvu. Celui-ci est situé entre l’échangeur ferroviaire de Mollet del Vallès, au Nord de Barcelone, et la gare barcelonaise de La Sagrera. Cette étape a été officialisée le 14 août, mais le chantier a débuté une semaine auparavant, selon l’ingénierie confiée à la société publique Espagnole Adif, en charge de mettre en place l’ensemble des LGV espagnoles. Ce tronçon, d’une longueur de 12,7 kilomètres, constitue le dernier point noir de l’axe qui doit joindre la capitale du Roussillon à celle de la région du Barcelonès. Cette portion de voie doublement électrifiée, dotée d’un budget de 9,9 millions d’euros, doit être intégralement livrée en mars 2013, à l’issue de 7 mois de travaux. Cette information est incluse dans une évaluation communiquée par le Ministère des Travaux Publics espagnol, qui rappelle un engagement du gouvernement espagnol pour « engager toutes les procédures pertinentes permettant la mise en service de la connexion à grande vitesse avec la France, dans les plus brefs délais ».

Les 35 km entre Figueres et Girona, enfin électrifiés

Plus au Nord, le chantier avance également, dans la région de Girona, selon un communiqué en date du 18 août. La même société Adif y annonce pour le 1er septembre le début des opérations de mise sous tension des 35 kilomètres de voie qui unissent la station de raccordement électrique de Santa Llogaia d’Àlguema, au Sud de Figueres, à la gare de marchandises de Girona. À compter de cette date, les essais techniques permettront d’injecter 25.000 volts dans les caténaires, ce qui signifiera la possibilité théorique de faire circuler des TGV de Perpignan à Girona. Mais le calendrier général semble ne pas devoir être modifié, l’entrée en service du tronçon entre Perpignan et Barcelone restant envisageable pour la fin du premier trimestre de 2013. Parmi les éléments secondaires figurent les travaux de mise aux normes de la gare de Girona, administrativement validés fin juillet par l’État espagnol. Ces chantiers, d’une durée évaluée à dix mois, seront lancés dans les prochaines semaines, mais leur retard de réalisation n’entravera pas le calendrier général de mise en service de la ligne.

Partager

Icona de pantalla completa