Langue

Perpignan fait face à une érosion de son activité commerciale de centre-ville et à une mutation low-cost, liée à des enseignes peu qualitatives, parfois inesthétiques. Dans ce contexte douloureux, le maire, Jean-Marc Pujol, prend possession du terrain. Ces dernières semaines, il a pris personnellement le pouls des professionnels lors de visites personnalisées. Ce mardi 28 avril, pour encourager les courageux nouveaux venus et définir une stratégie de maintien des nouvelles activités commerciales, il reçoit à l’Hôtel Pams les nouveaux commerçants installés à Perpignan depuis un an. L’accumulation de nouveautés devrait pourtant peiner à supplanter un phénomène déjà ancien.

Une évidente ponction de clients par la grande distribution

La tâche entreprise par la Ville de Perpignan est ardue, probablement vaine, car une mécanique d’assèchement continue de jouer en défaveur du commerce de centre-ville. Le centre commercial Le Carré d’Or, générateur en 2014 de polémiques tout aussi vaines, voit son chantier avancer à vive allure, pour une ouverture cet été. L’avancée des travaux est visible sur une webcam de chantier. Parallèlement, l’hypermarché Auchan de Perpignan Sud est classé premier parmi tous les établissements du genre dans la grande région du Sud-Ouest de la France, qui rassemble le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et l’Aquitaine. Le mastodonte de la route d’Espagne a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 178,1 millions d’euros, pour 14.600 m² de surface exploitée, selon le magazine Linéaires, spécialisé dans la distribution alimentaire. Cette publication le situe à la 21e position du Top 100 français, une belle performance économique nationale, notoirement négative pour le petit commerce du Roussillon et la vie sociale découlant de la dynamique d’achat.

Partager

Icona de pantalla completa