Langue
La Clau
Artur Mas souhaite émettre 11 milliards de dettes pour assainir les finances catalanes
Langue

Le très médiatique président catalan Artur Mas, qui a obtenu lundi l’autorisation orale d’émettre de la dette, de la part du président du gouvernement espagnol José Luis Rodríguez Zapatero, a annoncé dès le lendemain que la Catalogne avait besoin de 11 milliards d’euros à très court terme. Face aux inquiétudes et rumeurs provoquées par cette déclaration, plusieurs responsables de son parti, Convergence et Union (CiU), dont son futur secrétaire général Oriol Pujol, sont montés au créneau pour assurer que le gouvernerment de la Generalitat de Catalunya serait en mesure de payer les salaires de ses fonctionnaires. Malgré une série de propos rassurants, la situation reste délicate, car le fils de l’ex-Président Jordi Pujol n’exclut pas certains retards dans les paiements.

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement catalan, sans jeter la pierre aux sortants socialistes, certainement pour obtenir davantage des socialistes de Madrid, annonce de nouvelles mesures d’austérité, comme la réduction de son budget, à hauteur de 10%, mais Madrid réclame davantage. En guise d’éclairage, le 31 janvier, Andreu Mas-Collel, le ministre-conseiller de l’Économie et ancien professeur d’économie à l’Université d’Harvard, précisait dans les colonnes du Financial Times que la Catalogne étant responsable d’un tiers des 107 millions de dettes des 17 communautés autonomes espagnoles, elle se doit d’assainir ses finances.

M. Mas, qui doit attendre le feu vert du Ministère espagnol des Finances pour mettre en place les opérations financières envisagées, prévoit de mettre en place son plan sous 40 jours, un délai visiblement indispensable pour ne pas trop affoler les marchés et obtenir un taux d’intérêts raisonnable. Enfin, le numéro un catalan met en garde face à d’éventuels transferts de compétences, de Madrid vers Barcelone, qu’il exige de voir accompagnés du financement adéquat. L’aéroport de Barcelone-El Prat, dont il a été longuement question lors de son entretien de lundi au Palais de la Moncloa, en compagnie de M. Zapatero, fait partie des probables prochaines attributions.

Partager