Langue
La Clau
Après 20 ans d’attente, l’Espagne et la France valident le TGV Perpignan-Figueres
Langue

Ce mercredi a été signé à la préfecture des Pyrénées-Orientales, à Perpignan, le « plan de secours » du tunnel de la Ligne à Grande Vitesse Perpignan-Figueres, régulièrement évoquée depuis la fin des années 1980. La validation de ce document, qui précède de peu le lancement du premier train de voyageurs sur la voie, prévu ce dimanche 19 décembre, a réuni le préfet Jean-François Delage, et Bernardino Bassols, directeur de la protection civile au sein de la Délégation du Gouvernement espagnol en Catalogne. La signature officielle de ce document, prévu par un traité franco-espagnol de 1995, repris en 2004 dans le contrat de concession à la société TP Ferro qui a construit la ligne, prévoit 33 scénarios détaillés d’incidents potentiels, voire d’accidents et de catastrophes, qui attribuent aux autorités françaises, et aux autorités catalanes et espagnoles, des prérogatives précises. Cette condition, qui fait suite à trois exercices d’évacuation et de secours organisées les 4, 17 et 30 novembre simulations dans le double tunnel du Perthus, était légalement indispensable au fonctionnement de la ligne. Ces simulations, qui ont démontré une capacité d’intervention d’urgence plus rapide que ne l’imaginaient les autorités, satisfont la préfecture de Perpignan, précisant ce mercredi soir que les essais ont « permis d’améliorer et d’affiner » sur le plan opérationnel les procédures et la coordination des services.

Le passage inaugural du TGV sous le massif des Albères se déroulera par un convoi qui aura quitté la gare de Figueres-Vilafant à 11h06, pour rejoindre Perpignan à 11h35, avec à son bord le secrétaire d’Etat espagnol aux Transports, Isaías Taboas et du président de la compagnie ferroviaire Renfe, Teófilo Serrano. Dans le sens inverse, un TGV partira de Perpignan à 12h24, pour atteindre Figueres-Vilafant à 12h47. Un changement de train sera alors nécessaire pour parvenir à Girona à 13h32, puis Barcelone Sants, à 14h46. Un autre départ de Perpignan vers le Sud, prévu tous les jours à 20h25, complètera cette première offre. Début 2013, lors de l’ouverture de la Ligne à Grande Vitesse Girona-Barcelone, le TGV Perpignan-Barcelone, prendra tout son sens, à l’issue de l’expérimentation lancée ce week-end. En effet, si l’utilité de la ligne Figueres-Paris est majeure pour les habitants de l’Empordà, qui s’économiseront le laborieux passage côtier par Portbou-Cerbère, le tronçon Perpignan-Figueres, isolé, échappe à toute cohérence, en vertu d’horaires de départ non accompagnés de retours en conséquence. En effet, un habitant des Pyrénées-Orientales souhaitant de rendre à Figueres par le TGV perpignanais de 12h24 doit reprendre impérativement le chemin inverse à 15h02 à Figueres-Vilafant, sous peine de devoir passer la nuit dans la région de l’Empordà, et de ne rejoindre Perpignan que le lendemain, par le train de 11h06. Passé le temps de l’euphorie première, se posera l’inévitablement question de la multiplication des horaires, qui devraient bénéficier davantage au trajet Perpignan-Barcelone et vice-versa, plutôt qu’aux distances courtes, comme les 44,4 km du tronçon Perpignan-Figueres, trop brèves pour se voir affecter des cadences soutenues.

Partager

Icona de pantalla completa