Langue
La Clau
Amélie-les-bains, record territorial de la flambée de la taxe foncière de 2004 à 2009
Langue

La spectaculaire augmentation des taxes foncières sur l’ensemble du territoire français est patente en Pays Catalan, selon les chiffres communiqués ce mardi par l’observatoire de l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI). Entre 2004 et 2009, le record revient à deux petites communes de la région du Haut Conflent, Canaveilles et La Cabanasse, respectivement détentrices d’une augmentation de 58,55 % et 55,01 %. Parmi les communes de plus grande importance, Amélie-les-bains arrive en première position, avec 51,27 % de ces impôts territoriaux supplémentaires, qui cumulent une cotisation communale, une autre intercommunale, une troisième départementale et une dernière régionale, dont la progression a frôlé 100 % lors du premier mandat de Georges Frêche, qui correspond à la période étudiée. Viennent ensuite la ville d’Argelès, créditée de 39,81 % supplémentaires en cinq ans, Cabestany, à 30,85 %, Céret, à 28,37 %, puis Canet, avec 26,55 %, et Perpignan, où ces mêmes taxes foncières ont augmenté de 24,19 %. Prades, Saint-Estève et Banyuls, affichent des augmentations plus modestes, respectivement de 21,93 %, 20,37 % et 22,80 %, tandis que la commune de Marquixanes, dans la région du Bas Conflent, s’est payé le luxe de réduire de 6,11 % la part fiscale concernée.

Partager

Icona de pantalla completa