Langue

La crise économique en Catalogne induit un effet démographique important, selon les chiffres de l’Institut National espagnol de Statistiques. Un large phénomène d’émigration s’est illustré par le départ de 618.000 personnes à l’extérieur du territoire entre 2009 et 2013. Ces profils correspondent pour 92 % à des étrangers, qui ont majoritairement regagné leur pays d’origine, notamment en Amérique du Sud. Les jeunes constituent la principale catégorie de 8 % restants, de nationalité espagnole. Le syndicat Union Générale des Travailleurs (UGT) estime à 55.300 le nombre de jeunes sud-Catalans, dont une moitié de Barcelonais, qui résident actuellement à l’étranger sous la poussée des difficultés. En effet, 200.000 emplois occupés par des jeunes de 19 à 24 ans ont été détruits depuis 2007. Parallèlement, 42 % des représentants actifs de cette tranche d’âge restés au pays sont sujets à l’intérim et 40 % ont un emploi en-dessous de leur qualification.

Un afflux massif de main d’oeuvre étrangère de 1999 à 2007

La tendance à tenter de trouver du travail ailleurs a succédé à une importante vague inverse. En 1999, l’Espagne comptait 2 % de résidants étrangers, puis 12 % en 2007, à la faveur d’un dynamisme économique reconnu et d’une forte demande de main d’oeuvre peu qualifiée. Les processus ont été bouleversés par la crise, à tel point que le solde migratoire, devenu négatif dès 2009 en Catalogne, l’est aussi devenu pour l’ensemble de l’Espagne l’année suivante. Selon une étude de l’Université de Barcelone, la Catalogne devrait manquer de main d’oeuvre avant 2024, suite à la ponction démographque de ces dernières années.

Partager

Icona de pantalla completa