Langue

Le Corridor ferroviaire méditerranéen (CFM) reliant l’extrême Sud de l’Espagne au territoire français en passant par le Roussillon avance au niveau budgétaire. Ce grand axe, crucial pour le transport de marchandises vers le Nord de l’Europe, recevra 805 millions d’euros pour son aménagement, budget à partager à parité avec le Corridor atlantique espagnol. Cette affectation financière a été dévoilée le 29 juin par la Commission européenne, qui prévoit 13,1 milliard d’euros pour l’ensemble des infrastructures de transport du continent. Le CFM, qui figure parmi 275 projets inclus dans le dispositif «Connecter l’Europe», existe partiellement. Mais il est soumis à des ruptures de vitesse dues à un réseau daté. La différence d’écartement de voie espagnol et l’absence de Ligne à Grande Vitesse entre Perpignan et Montpellier est listée parmi ses autres retards. Cet axe stratégique de premier niveau relie les ports d’Algeciras, Cartagène, València, Tarragona et Barcelone au Sud de la France, en lien avec Marseille et Lyon, puis le Nord de l’Italie, la Slovénie, la Croatie, la Hongrie et la frontière ukrainienne. Moteur d’intégration européenne, il comprend au sens large les autoroutes, les routes et les voies fluviales.

Selon Violeta Bulc, Commissaire européenne des Transports, 10 millions d’emplois seront créés par l’accomplissement du réseau transeuropéen de transport, tandis que le PIB général progresserait de 1,8% d’ici 2030.

Partager

Icona de pantalla completa