Langue

L’économie liée à la production de bois en Pays Catalan, ralentie dans les dernières décennies, pourrait renaître grâce à un plan de relance porté par la structure dénommée POCTEFA, qui tisse une coopération entre la France, l’Andorre et l’Espagne. Cette entité, représentée par le Conseil Général des Pyrénées-Orientales à travers le Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes, créé en 2004, investit actuellement 400.000 euros issus du Fonds européen de développement régional pour valoriser le pin à crochets, ou « pin de montagne », comme bois de construction. Présente jusqu’à 2750 mètres d’altitude, l’essence concernée, ordinairement utilisée pour produire des palettes ou les panneaux d’aggloméré, à faible valeur ajoutée, dispose cependant d’un « intérêt réel pour la construction », selon une information diffusée fin juillet par le Conseil Général, qui avouait méconnaître le volume de bois exploitable et signalait l’absence de tests officiels en termes de normes internationales. A peine naissant, ce projet de redémarrage de la filière bois, revenue en grâce à la faveur de l’époque, est établi sur trois ans, avec une première phase consacrée au diagnostic des ressources, concentrées dans les régions du Haut-Conflent, de la Haute-Cerdagne et du Capcir.

Partager