Langue

Le Revenu de Solidarité Active (RSA), mis en place depuis le 1er janvier 2009 sur l’ensemble du territoire français en remplacement du Revenu Minimum d’Insertion (RMI) créé en 1989, financé à hauteur de 85 millions d’euros par le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, révèle une situation de pauvreté très alarmante sur le territoire. En effet, les services administratifs du Département estiment à 120.000 le nombre de demandes de dossiers reçus dans l’année, sur une population de 440.000 habitants, soit une proportion hallucinante de 27% qui n’est pas sans rappeler les données constantes propres aux Départements et Territoires français d’Outremer. Dans la réalité, les finances de l’Institution ne devraient pouvoir satisfaire que 50.000 solliciteurs, à compter de juillet 2009. Le RSA, qui remplace les minima sociaux comme le RMI et l’Allocation de Parent Isolé, est voué à encourager le travail et faciliter le retour à l’emploi en réduisant le nombre de travailleurs pauvres, évalué à 25.000 en Pays Catalan. A Perpignan, le dispositif du RSA dispose du soutien de Christian Bourquin, président socialiste du Conseil Général, qui défendait dès 1998, en surprenant la galerie, une mesure de ce type, désormais associée à l’UMP.

Partager

Icona de pantalla completa