Langue

Dans sa lutte pour la réduction de la dépense publique, le gouvernement espagnol encourage ces dernières semaines l’identification de faux demandeurs d’emploi. Le 30 avril, la police espagnole a ainsi communiqué avoir procédé à l’arrestation de 145 personnes en Catalogne du Sud, dont 52 personnes pour la seule province de Girona. Ces individus trompaient depuis plusieurs mois ou plusieurs années les services de la Sécurité Sociale et du Service Public de l’Emploi espagnol par le biais de fausses entreprises, afin de percevoir des indemnités de chômage. Cette chasse à la fraude a également comporté la mise en cause de 275 autres personnes participant à ce système, qui ont produit de faux documents, mais n’ont pas fait l’objet d’interpellations.

Préjudice de 7,8 millions d’euros

Selon le Service de Prévention des Délits Economiques de la Trésorerie Générale de la Sécurité Sociale espagnole et l’Inspection du Travail et de la Sécurité Sociale de Catalogne, cette fraude à grande échelle a été orchestrée par plusieurs administrateurs de sociétés, qui rémunéraient de faux employés pour signer un contrat leur donnant droit à des aides de l’Etat. Au total, le préjudice s’élève à 7,8 millions d’euros, dans ce qui constitue un scandale, dont la portée est accentuée par le contexte de crise. Dans la province de Girona, la plupart des personnes incriminées sont de nationalité étrangère, principalement des Marocains, résidant dans les communes de Palamós, Palafrugell, Salt et Bescanó. Ce territoire comptait 19 entreprises sans activité, incluses dans ce réseau, principalement rattachées aux secteur du BTP, du nettoiement et de la jardinerie.