Langue

Le rachat du quotidien L’Indépendant par le groupe la Dépêche du Midi, envisagé formellement en 2014 puis concrétisé en 2015, laissait pressentir une restructuration à consonance sociale. La charnière entre 2015 et 2016 traduit par des faits l’intention de «construire ensemble un groupe de communication puissant et solide sur cette grande région», selon le politique languedocien Jean-Michel Baylet, qui contrôle l’ensemble des journaux majoritaires de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Dans les Pyrénées-Orientales, et dans le département de l’Aude en moindre mesure, la mue de l’Indépendant induit le départ de 14 salariés. Le journal Midi Libre perd quant à lui 47 journalistes suite au rachat.

De la moralité dans la presse

Le personnel sur le départ sollicite sa «clause de cession», disposition contenue dans le Code du travail, permettant de quitter un média en cas de vente ou de changement d’actionnaire principal. Cette clause morale leur offre des droits identiques à ceux liés à un licenciement. Cette déconvenue, à laquelle ne s’attendait pas la Dépêche du Midi, révèle un malaise en termes de ligne éditoriale et de stratégies. L’Indépendant, qui a déjà licencié 21% de son personnel en 2011, fait face à l’érosion de son lectorat, à l’identique de nombreux titres européens.

Partager