Langue
La Clau
Enquête inédite sur les Vierges à l’Enfant des Pyrénées-Orientales
Langue

Une étude inédite sur les Vierges à l’Enfant de Catalogne du Nord, réalisée par Corinne Van Hauwermeiren, docteur en histoire de l’art, est mise à la disposition du public sous forme d’ouvrage. Ce travail important, effectué en partenariat avec l’Université de Namur (Belgique), se penche sur les représentations mariales, qui tiennent un rôle majeur dans l’histoire de la sculpture médiévale. « Vierges à l’Enfant des Pyrénées-Orientales. 1200-1400 », livre de 280 pages, est coédité par Conservart et le groupe de recherche AcanthuM.

Lire aussi :
Le cloître médiéval de Collioure retrouve de nouveaux chapiteaux

142 vierges à l’enfant médiévales sont conservées en Pays Catalan, dont 120 dans leurs églises d’origine. La scientifique, qui a choisi les Pyrénées-Orientales en raison de leur densité exceptionnelle en la matière, révèle comment ont été fabriquées ces statues, comment leur bois a été travaillé, à la façon d’une archéologue. Ses observations sont le fruit de la tomographie, une technologie d’imagerie non intrusive. Les examens menés en laboratoire font apparaître que la statuaire mariale du Roussillon, du Conflent, du Vallespir ou de la Cerdagne, n’a pas toujours été sculptée dans le territoire.

Lire aussi :
Une tour de défense médiévale découverte à Elne

Jusqu’aux environs de l’an 1300, les vierges mariales des actuelles Pyrénées-Orientales étaient globalement de conception autochtone. Des influences extérieures sont signalées à partir de cette période, ce qui interpelle Corinne Van Hauwermeiren, certains modèles ayant parcouru plus d’une centaine de kilomètres. La chercheuse s’interroge sur les conditions de leur introduction. Les avancées qu’elle produit entraînent un nouveau classement chronologique des statues, et, au passage, de précieuses indications sur la gestion forestière, en fonction de l’usage des bois, il y a plusieurs siècles.

Partager

Icona de pantalla completa