Langue

Le concessionnaire ferroviaire TP Ferro, chargé du tronçon Perpignan-Figueres de la Ligne à Grande Vitesse, était menacé de cessation de paiement dès le printemps, selon notre information de mai dernier. Vendredi 17 juillet, ce consortium franco-espagnol a demandé au Tribunal de Commerce Girona son placement sous administration judiciaire, faute d’avoir trouvé un accord sur la restructuration de sa dette, qui s’élève à 460 millions d’euros. Après avoir engagé, en mars, des négociations avec ses créanciers afin de refinancer une partie de sa dette, TP Ferro cherche désormais une «solution pérenne à la précarité actuelle et non soutenable de son modèle économique», indique Eiffage, son partenaire français, aux côtés de l’espagnol ACS. Cette procédure ne signifiant pas l’arrêt des activités de la concession, les TGV Paris-Perpignan-Barcelone continueront de circuler.

Paris et Madrid au secours de la ligne ?

Les difficultés du tronçon TGV Perpignan-Figueres, long de 44,5 km, ont filtré à l’extérieur de la structure en 2013 puis ont été révélées en février 2014. Il était alors question de solliciter des «fonds vautour» pour que la dette de TP Ferro soit rachetée à un prix inférieur à sa valeur. Parmi les dernières solutions envisagées, il est question de solliciter demander de l’aide aux Etats français et espagnol, en vertu du caractère stratégique de la ligne pour les deux pays. En mars, Madrid a refusé un quelconque appui.

Partager

Icona de pantalla completa