Langue

Sur le principe amorcé par le pape François, qui s’est réclamé de « l’amitié de tant de nos frères musulmans », ce Vendredi Saint, un dialogue d’un nouveau genre s’instaure dans les Pyrénées-Orientales. Pour assurer le financement de la Chapelle Jean-Paul II du Parc Ducup de Perpignan, vouée à devenir le principal pôle catholique du territoire, l’évêché de Perpignan Elne organise un gala en compagnie d’Adel Mzouri. Cet artiste et homme politique du Roussillon, reconnu comme sosie vocal de Charles Aznavour, avec l’assentiment direct de ce dernier, participe le 7 avril à Rivesaltes à un plateau aux côtés du maire UMP, André Bascou, interprète de Jean Ferrat. Au-delà de la qualité de cette offre, la présence d’une personnalité de culture marocaine, sans confession religieuse affirmée mais rattachée à une origine musulmane, constitue un précédent.

L’Eglise, en restructuration

L’Eglise nord-catalane, lors de cette soirée placée sous la présidence de son évêque, Mgr. André Marceau, accueille aussi, en Adel Mzouri, un proche de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) et de l’UMP du Pays Catalan. Maire-adjoint de la commune de Latour-bas-Elne et vice-président de la communauté de communes Sud Roussillon, cet élu démontre que l’Eglise des Pyrénées-Orientales, qui a osé le « denier du culte à 1 euro » dès 2009, opère une transformation certaine.

Partager