Langue

Salvador Dalí, qui concevait sa vie comme une oeuvre, s’était fabriqué un personnage pour séduire les médias, en énonçant des expériences personnelles invérifiables. Pionnier dans la maîtrise de la mécanique télévisuelle, facétieux devant les caméras mais ordinaire dans la vie courante, l’artiste de Figueres avait fixé dans le marbre son parcours officiel en publiant depuis New York, où il résidait, l’ouvrage « The Secret Life of Salvador Dalí« , en 1942. Ce livre évoque une enfance de souffrances et la conviction précoce de l’artiste selon laquelle il était un génie. Dalí, provocateur public accompli, avait envoyé un exemplaire de ce livre à sa famille, choquée à la lecture de passages humiliants et discutables décrivant un père, notaire à Figueres, sévère et peu compréhensif. Cette rupture est rappelée l’été 2012 par l’édition augmentée d’un livre de réponse signé par Anna Maria Dalí, soeur cadette de Salvador. Publiée en 1949 sous l’intitulé « Salvador Dalí vu par sa soeur », cette biographie adoucie présente un enfant adoré en lequel la famille croit profondément. Il s’agit aussi d’une complicité fraternelle, manifestée en 1925 par l’huile « Jeune femme debout à la fenêtre« , sur laquelle pose Anna Maria.

Le peintre se fâche avec les siens dans l’intérêt de sa carrière

Dalí aurait ainsi forcé le trait en jouant la victime, afin de justifier son approche paranoïaque-critique, son extrême sensibilité née de la douleur enfantine et une folie calculée, l’ensemble contribuant à la construction d’une personnalité séduisante pour la presse et pour le public. Sa soeur, étudiante à Cambridge en 1934 et 1935, module cette distorsion d’image et dénonce une influence néfaste de sa belle-soeur, Gala Dalí, et du groupe surréaliste français, accusé d’avoir « perverti Dalí » et de l’avoir entraîné « sur le chemin de la perdition”. Les informations nouvelles de cette édition proviennent d’un journal de jeunesse également rédigé par Anna Maria Dalí à Figueres et à Cadaqués, de 1925 à 1927, lorsqu’elle avait entre 17 et 19 ans. La présence intime du poète Federico García Lorca à Cadaqués figure dans ce texte, accompagné de photographies inédites. L’ensemble reconstruit la relation entre la famille et le prodige, raison pour laquelle Anna Maria Dalí, décédée en 1989, n’a jamais reparlé à son frère, disparu cette même année. Ce livre de rupture est publiée à Barcelone par les éditions Viena.