Langue

Le point culminant du festival de photojournalisme perpignanais Visa pour l’Image, ce samedi soir, a comporté l’attribution des « Visa d’Or ». Le photographe russe Yuri Kozyrev a ainsi reçu la récompense suprême, le Visa d’Or News, pour un reportage intitulé « Les chemins de la révolution », réalisé ces derniers mois dans plusieurs pays arabes. En prise directe sur la réalité, ce professionnel âgé de 48 ans, rattaché à l’agence de presse Noor, est un habitué des conflits à résonance planétaire. Témoin des mouvements contre les pouvoirs établis pour Time Magazine, en Egypte, au Bahrein et en Libye, Youri Kozyrev est également passé par le Yémen, fin 2010, avant le déclenchement des vagues populaire. Son travail, visible en l’église des Dominicains, fait également l’objet de plusieurs reproductions en format géant, visibles en particulier sur la rivière de la Basse, à deux pas du Castillet.

Yuri Kozyrev, « On Revolution Road ». Église des Dominicains, Perpignan.

Lors de cette cérémonie des « Visa d’Or », qui se déroulait au Campo Santo, le Visa d’Or catégorie Magazine a été remis au Français Olivier Jobard de l’agence Sipa Press, pour son reportage « Zarsis-Lampedusa, l’odyssée de l’espoir ». Cet autre professionnel a suivi l’exode de Tunisiens vers l’île italienne à bord d’un chalutier, pour le compte du magazine Paris-Match. Le Visa d’Or catégorie Presse quotidienne a été attribué au journal International Herald Tribune, en vertu de l’édition d’une couverture consacrée au tsunami de mars dernier. Oeuvre du photographe japonais Shiho Fukada, cette photographie illustre les conséquences du séisme qui a frappé le Japon, entraînant un tsunami, puis l’accident de la centrale de Fukushima. Cette soirée a également été l’occasion de remettre le Visa d’Or « humanitaire » du Comité international de la Croix Rouge, à la photographe franco-espagnole Catalina Martin Chico, auteur d’un reportage sur la révolution yéménite.

Partager