Langue

Depuis ce lundi 27 avril, le sculpteur Aristide Maillol reçoit les honneurs de Barcelone, où est retracé son voyage en Grèce, effectué en 1908. Le Musée Frederic Marès aborde cette séquence cruciale de la quête créative de l’artiste de Banyuls-sur-mer, alors âgé de 47 ans. Son périple hellénique, effectué en avril et mai 1908, a « réaffirmé son idéal esthétique », selon Àlex Susanna, commissaire de l’exposition « Maillol et la Grèce », visible jusqu’au 31 janvier 2016. On y retrouve la statue Méditerranée, accomplie en 1905, première réalisation monumentale, à la fois fois populaire et romantique, signée Maillol. Le parcours est jalonné de 23 oeuvres illustrant l’évolution du sculpteur, signalée par les terres cuites « Têtes votives de femmes et d’hommes », d’inspiration étrusque, commise en 1896, et « Dina », représentant sa muse Dina Vierny en 1937.

« L’Etna est comme le Canigou »

Le voyage en Grèce de Maillol est également traité au travers du journal intime de l’artiste, quittant le port de Marseille pour rejoindre Athènes, puis le sanctuaire de Delphes et la ville d’Éleusis. Auparavant, une étape à Naples et Pompéi, puis en Sicile, fait dire à Maillol « L’Etna est comme le Canigou », selon ses propres écrits. Un ensemble de 43 photographies, dont seulement 7 étaient connues à ce jour, accompagne cette démarche. Les sculptures présentées sont issues de la Fondation parisienne Dina Vierny-Musée Maillol et de collections privées.

Partager

Icona de pantalla completa