Langue
La Clau
Les chapiteaux de Saint Michel de Cuixà, exilés à Manhattan, vont « rentrer » au pays
Langue

La reconquête patrimoniale est enclenchée en Pays Catalan, après l’acquisition, le 29 janvier chez le marchand new-yorkais « Sotheby’s », de quatre chapiteaux indument prélevés en 1924 au cloître des Dominicains de Collioure. Dans un élan nouveau, le président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Christian Bourquin en personne, a rendu publique hier sa volonté de “rendre à l’abbaye de Saint Michel de Cuixà la totalité de ses chapiteaux » romans pillés en 1907 et rachetés par le richissime industriel américain John D. Rockefeller, créateur du musée The Cloisters, installé sur l’île de Manhattan, également à New York, qui abrite depuis l’essentiel de la galerie de Saint Michel. Le Département étudie actuellement l’achat de copies des 36 chapiteaux concernés, originellement conçus en marbre rose de Villefranche de Conflent, volés lors d’une période de laisser-aller sur fond d’anticléricalisme, après un premier démantèlement du monastère à la Révolution Française. Le Conseil Général en vise déjà le rapatriement d’autres éléments de l’Art catalan, appartenant aux cloîtres perpignanais des Dominicains, des Carmes et celui des Franciscains, voire de Villefranche et Corneilla de Conflent, Espira de l’Agly, Saint Martin du Canigou, Saint André et Ille-sur-Têt.

Partager

Icona de pantalla completa