Langue

A compter de ce samedi 16 janvier, le centre d’Art contemporain A cent mètres du centre du monde, à Perpignan, expose Camilla Adami. Cette artiste née à Mila peint les singes comme des hommes et les hommes comme des singes, dans un dialogue profond avec le monde animal. Après avoir été exposée au Canada, en Grèce ou encore au Mexique, cette dame de 81 ans, installée en France, livre au Roussillon les travaux de ses deux dernières décennies. Immergée dans un imaginaire animal maîtrisé par sa propre connaissance, Camilla Adami se consacre à peindre des «rituels magiques», dans une forme de chamanisme inavoué, poussée par les «forces du paganisme», selon les mots du philosophe Michel Onfray. Dans sa peinture figurative envoûtante, les corps nus inspirés du sien côtoient les forêts et les saisons. Sa pensée sur la condition d’artiste lui fait «toujours se considérer en danger», car elle impose de «prendre des responsabilités en tant qu’être humain vis-à-vis de soi-même, de son environnement et de sa participation à la société», avoue l’Italienne. «Je suis un animal en évolution. Ma peinture essaie d’aller dans cette direction».

A voir jusqu’au 27 mars 2016

A cent mètres du centre du monde, centre d’Art contemporain
3, avenue de Grande-Bretagne, Perpignan

Partager