Langue

A l’issue de quatre ans d’études et de reconstitution, le site archéologique du port grec d’Empúries, dans la région de l’Empordà, voisine du Roussillon, est recréé par une équipe d’archéologues. Les scientifiques, issus du Musée d’Archéologie de Catalogne (MAC) et de l’Institut Archéologue Allemand, donnent à voir en trois dimensions ce lieu majeur du commerce maritime. Cette vision du port au IIe siècle avant Jésus-Christ, situé sur une plage naturelle, tient compte du fait que les Romains sont arrivés à Roses l’an 218 avant J.C., ville grecque ou “néapolis”, dénommée Rhode (Rhodos, Rhodus, Rodes), aujourd’hui ensevelie.

Le port artificiel bâti par les Romains à l’Est de Roses, à 100 mètres en retrait de la grève actuelle, est représenté dans cette reconstitution. La topographie, la géomorphologie, la palynologie (étude de la botanique fossilisée) sont les principales sciences sollicités dans cette tâche, afin de retrouver une apparence plausible des paysages de l’époque. Cette interprétation pédagogique révèle un port doté d’embarcadères de bois, les maisons de la cité grecque, construites sur un promontoire, et un sanctuaire religieux possiblement dédié à la déesse Déméter.

Partager