Langue

La politique d’acquisition d’oeuvres de son créateur, lancée en 1991, porte ses fruits au Théâtre-Musée Dalí de Figueres, qui a présenté ce vendredi une création de la première époque du génie de Cadaqués. Ce tableau sur carton, intitulé « Les fêtes de Figueres », est en provenance du Centre Pompidou parisien, où il était jusque-là pensionnaire d’une exposition baptisée « Dreamlands ». Il s’agit du Dalí de 1922, âgé de 18 ans, extrêmement sensible à son environnement immédiat, souvent résumé aux paysages de Cadaqués. Dans cette oeuvre, visible dès ce lundi, les festivités populaires prennent leur place. Fascinant le peintre, qui les observait de sa fenêtre, sur la plaça de la Palmera de Figueres, les fêtes de la Sainte Croix, autour du 3 mai, trouvent ici une forme simplifiée, sur la thématique, alors chère à Dalí, de la multitude, des loisirs et de la ville. Dans une quête de langage moderne, le jeune créateur est ici influencé par le XIXe siècle catalan, dans ce qu’il nommait, au sujet de l’ambiance des fêtes de sa ville, « une grande boîte à musique ». L’arrivée de cette oeuvre confirme la Fondation Dalí en tant que première collection du monde en matière d’oeuvres des jeunes années de l’artiste. Le Musée Dalí de Figueres a acheté 300 oeuvres depuis 1991, pour 35 milions d’euros.

Partager