Langue

Dans les années décennie 1970, la Catalogne affranchie de l’autarcie franquiste a vécu ses équivalents de Woodstock, à Canet de Mar, ville côtière de la province de Barcelone. Deux festivals en plein air, attirant plus de 20.000 personnes, ont engendré un réel choc culturel, au travers de concerts du groupe de rock français Bijou, de Nico, muse d’Andy Warhol, des Britanniques Ultravox et des New-Yorkais Blondie, en 1978. Un happening avec Salvador Dalí, adapté à l’esprit hippie persistant dans le territoire, y était attendu, mais l’organisation a été chaotique et le peintre surréaliste n’y a pas été programmé. Pourtant, 36 ans après, l’ex-membre du groupe humoristique et musical La Trinca, mais surtout businessman télévisuel, Josep Maria Mainat, prévoit de redonner vie au festival, le 5 juillet 2014. Un ensemble de 10 groupes et artistes catalans, titulaires d’un succès populaire avéré, est annoncé, sous la coordination du metteur en scène Lluís Danés, anciennement chargé des spectacles de Lluís Llach. Le site d’accueil des premières éditions a été transformé en zone de gardiennage pour caravanes, tandis que le lieu du prochain festival reste à connaître.

Le mainstream catalan, possible au XXIe siècle

Josep Maria Mainat, né à Canet de Mar et coorganisateur des festivals précédents, dirige la société de production internationale de nouveaux formats télévisuels Reset TV, tout en se distinguant parmi les personnalités les plus influentes de la télévision espagnole. Avec l’entreprise Gestmusic-Endemol, cet artiste inventif a conçu une bonne partie des émissions de divertissement de toutes les télévisions privées et publiques espagnoles. En 2001, il s’est risqué à inventer l’émission « Operación triunfo”, matrice des versions françaises Star Academy et Nouvelle Star. Cet étonnant entrepreneur du spectacle a également chanté avec La Trinca au Palais des Rois de Majorque de Perpignan, lors du festival « Sis hores de cançó », en 1979, et dirige désormais « Gaudí expérience« , un spectacle avec technologie 4D, penché sur l’architecte universel Antoni Gaudí, tout en évoquant les dernières avancées du domaine génétique, chaque semaine sur Rac 1, la radio leader en Catalogne du Sud. Le fait qu’une personnalité étrangère à l’échec fasse le pari de ressusciter un festival signale une évolution de la musique catalane. Si les vieux festivals de Canet de Mar ont favorisé les postures militantes, la version 2014 consacrera une culture catalane mainstream.

Manel Gausachs

Partager

Icona de pantalla completa