Langue

Le festival de photojournalisme Visa pour l’Image de Perpignan, prévu du 31 août au 15 septembre 2013, a dévoilé le 22 mai une partie de ses 25 expositions , programmées à l’occasion de sa 25e édition. L’équipe en charge de l’organisation de l’évènement, inséré de force dans la « jungle de l’information rapide », selon les mots de son directeur général, Jean-François Leroy, fournit une liste non exhaustive. Elle contient le nom d’Abir Abdullah, établi au Bangladesh, auteur d’un reportage réalisé dans son pays, à Dacca, où la menace du feu est permanente. Ses travaux, intitulés « Piège mortel », manifestent une situation d’insécurité présente dans les lieux d’habitations et les entreprises, dans les centres commerciaux et les espaces publics de la capitale du pays.

Politique sécuritaire à Rio et ravages talibans

Visa Pour l’Image 2013 accueillera également les clichés de la Française Sarah Caron, déjà présente en 2009, employée à décrire l’univers des femmes pachtounes, des « êtres de second rang », dans les zones pakistanaises annexées par les talibans. Le photojournaliste espagnol Rafael Fabrés est également annoncé au travers de l’exposition intitulée « Pacification », dans laquelle il montre le programme de sécurité développé par la ville de Rio de Janeiro à la veille de la Coupe du monde de football de 2014 et des Jeux olympiques de 2016.