Langue

L’artiste Laurent Joliton est sélectionné par la galerie Odile Oms, à Céret, pour dévoiler sa série intitulée « Aujourd’hui, c’était hier ». Joliton, exposé pour la première fois à Perpignan en 2004, a été épaulé à ses débuts par la Fondation Barceló de Mallorca. Ses créations récentes, pour certaines commises en 2015, représentent l’Homme seul, pour l’essentiel. En jeune soldat, chasseur sauvage ou prostré face à la mort, celui-ci semble parfois surgi de l’univers de la bande-dessinée fantasmagorique. En proie à une émotion rare, y compris pour lui-même, l’Homme centre les acryliques du peintre, ou livre son oeil à l’appréhension de la femme, plus rare.

Colorisation, Internet et instants réactualisés

Joliton est reconnaissable par les couleurs, parfois le rose et le bleu, qui font irruption sur ses toiles aux tons ocres. L’effet rappelle la colorisation photographique, que l’auteur aurait souhaité rendre manifeste, ultérieure à la réalisation initiale, comme une opération Photoshop au pinceau. Jeunes hommes dans l’émeute urbaine et un soldat face à lui-même complètent cette série, qui répond à un discours tiré de la presse graphique. Joliton puise abondamment dans les images pêchées dans le flot incessant de la communication, papier et Internet, en leur octroyant une existence nouvelle. Le noir et blanc rappelle la photo de presse classique, la couleur suggère le mouvement, la matière le fixe avec davantage de force. Le peintre travaille vite, pour capturer un instant déjà fixé. Une actualité réactualisée, pour mieux saisir la portée des photographies crachées par l’industrie du journalisme.

Laurent Joliton, « Aujourd’hui, c’était hier »
Galerie Odile Oms, 12, rue du Commerce à Céret.
odileoms.com

Galerie Flickr de l’artiste

Partager