Langue

L’intervention de M. Pujol, indiquée ci-dessous, est démentie par une réponse de l’intéressé, publiée le 4 septembre 2009 par le quotidien L’Indépendant.
Les mésaventures du producteur de spectacles Boitaclous, créé en Pays Catalan depuis 1983, pourraient trouver leur dénouement, après un coup de force déployé tout en douceur par la Ville de Perpignan. En effet, les Journaux du Midi révèlent dans leurs éditions de ce mercredi la démission de Jacqueline Amiel-Donat du Conseil d’administration de l’association Boitaclous, suite à une invitation expresse de l’adjoint à la Culture de la ville, Maurice Halimi, appuyé par Jean-Marc Pujol, également adjoint et membre de la garde rapprochée du maire Jean-Paul Alduy. Mme Amiel-Donat, candidate PS aux dernières municipales perpignanaises, constituait un obstacle majeur au « retour » de Boitaclous à Perpignan, tenté par un déménagement dans la ville de Saint-Estève, découragé le 3 août par une intervention préfectorale, sur fond d’arrangements abusifs avec la municipalité de la ville, limitrophe de Perpignan. Justement, le nouveau mandat de M. Alduy, entamé en juin, comprend la restructuration des services culturels de la Ville de Perpignan, jugés éparpillés, avec en point de mire la municipalisation du festival Les Estivales. Boitaclous doit alors trouver sa place dans le nouveau maillage culturel perpignanais, dans une cohérence à inventer.

Partager