Langue

Le futur chantier de la plus grande place de marché de Perpignan, la place Cassanyes, illustre les enjeux de la ville de demain. A l’automne, les cinq dernières baraques de commerçants installées sur la place seront détruites pour laisser place à un réaménagement portant sur une ouverture des perspectives visuelles sur le site, et un sol minéral. Ce projet de requalification, réalisé par tranches qui réduiront momentanément l’espace sans supprimer l’activité commerciale, inquiète certains commerçants, relayés ce lundi par le conseiller municipal d’opposition, Olivier Amiel, membre du Mouvement Républicain et Citoyen. Celui-ci défend la reconstruction des baraques, pour une « cohésion sociale du quartier », un temps prévue par la mairie, puis abandonnée, au bénéfice d’un espace, commercial le matin, puis dévoué aux animations dès la belle saison. Ce pari municipal potentiellement risqué de modernisation d’une place en l’accordant à l’esthétique nouvelle de la ville, peut freiner sa spontanéité sociale, vieille de plusieurs siècles. Ce simple enjeu, localisés sur la place Cassanyes, résume la globalité perpignanaise, tiraillée entre la tradition et la modernité, dont l’alliance reste en France un exercice compliqué.

Partager

Icona de pantalla completa