Langue

La «Colla Castellera de Cerdanya» s’est présentée en société lundi 10 juin à Puigcerdà. Ce groupe de castellers, en préparation depuis plusieurs mois, est composé de membres de toute la région, habitant les territoires français et espagnol. Ses dirigeants l’ont déjà inscrit à la Coordination de Colles Castelleres de Catalogne (CCCC), fondée en 1989 pour accompagner les colles en matière d’assurances inhérentes à cette activité. Les hommes, les femmes et les enfants composant cette nouvelle structure de tours humaines arboreront la couleur distinctive bleu-verte. Leur première démonstration est prévue le 29 juin, dans la commune d’Alp, aux côtés des colles de la ville de Berga et d’Andorre. A l’instar de la centaines de colles existant dans l’actualité, celle-ci souhaite aussi être un outil culturel et d’intégration, ambassadeur de son territoire, de Saillagouse à Martinet.

4 colles castelleres en Catalogne du Nord

Les tours humaines sont issues de la danse traditionnelle intitulée «ball de valencians» (bal des Valenciens), qui se terminait par l’érection d’une figure humaine. De Valence, cette pratique a remonté la côte au XVIIIe siècle, pour atteindre les zones de Tarragona, du Penedès et du Garraf, autour de la ville de Sitges. Dans la ville de Valls, la figure finale s’est détachée de la danse originelle, pour devenir un castell (château). La Catalogne du Nord compte désormais quatre groupes de castellers, le groupe de Cerdagne s’ajoutant aux Castellers del Vallespir, les Castellers del Riberal i Els Pallagos del Conflent.

Partager