Langue
La Clau
Expos d’été: Plensa et Combas à Céret, Buraglio à Collioure et Maillol en photo à Banyuls
Langue

L’été s’annonce en Pays Catalan par la multiplication d’expositions, dont l’une est présentée par la galerie Odile Oms de Céret. Jusqu’au 12 septembre, l’artiste Robert Combas présente ses créations, dans le sillage de la «figuration libre» qu’il a lancée en 1979. Celui que certains ont comparé aux punks avait déjà été abrité par les mêmes lieux, en 2011. A quelques centaines de mètres, le Musée d’Art Moderne choisit Jaume Plensa, avec «Le silence de la pensée», exposition du sculpteur barcelonais célébré dans le monde entier aux travers d’oeuvres monumentales, notamment à l’occasion de l’actuelle Biennale de Venise. Du 27 juin au 15 novembre, les créations récentes du penseur inspiré par la poésie et le langage se donnent à voir. «Silhouettes», créé entre 2011 et 2012, résume l’intention du tout juste sexagénaire, qui choisit l’acier inoxydable pour faire flotter 16 silhouettes dans l’espace.

Matériaux pauvres à Collioure

Au Musée d’Art Moderne Jean Peské de Collioure, le peintre français Pierre Buraglio assure une rétrospective jusqu’au 20 septembre. Ce proche du courant Supports/Surfaces a sélectionné des créations de 1963 à 2015. Anciennement décrit comme «peintre sans pinceau», il est de ce ceux qui ont «ouvert de nouvelles routes à l’art contemporain dans les années soixante, années d’ouverture vers une société nouvelle qu’ils ont largement représentée», souligne Joséphine Matamoros, conservateur honoraire du Patrimoine et programmatrice des lieux. Buraglio continue d’employer les matériaux pauvres, tout en leur offrant une réorientation singulière. Les cadres de fenêtres sixties accrochés aux murs du musée économisent les détails superflus.

Pierre Buraglio. Sans titre, 1984. Dessin, collage, paquets de Gauloises assemblés 15 x 16 cm. Musée d’art moderne, Céret, dépôt de collection Yves Michaud / Alberto Ricci.

Le discret Maillol et les photographes

Aristide Maillol est également placé dans l’actualité artistique des Pyrénées-Orientales avec «Maillol et les photographes», à voir au petit musée qui porte son nom à Banyuls-sur-mer. La Fondation Dina Vierny-Musée MaillolMaillol de Paris présente jusqu’au 31 octobre une trentaine de clichés pour illustrer l’étrange rapport entretenu, parfois non sans méfiance, entre le plus célèbre barbu de la marenda et l’objectif. Cet éventail de regards comporte l’apport de photographes professionnels ou occasionnels, dont certains n’ont jamais connu l’artiste. Les plus renommés sont Druet, Brassaï, Ostier, Karquel et Doisneau, jusqu’à Frank Horvat. Tous les clichés ne répondent pas au statut d’oeuvre d’art, mais chacun inscrit une trace, toujours pudique.

Partager

Icona de pantalla completa