Langue

Les travaux de mise en valeur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, entamés en 2002, comportent une avancée importante. L’acte de vente de la chapelle extérieure Saint-Jean le Vieux vient d’être signé et laisse entrevoir la restitution entière du coeur religieux de la ville. Cette information communiquée le 6 mai par François Calvet, sénateur des Pyrénées-Orientales, concerne la cession à l’Etat, sans montant, de ce lieu appartenant étrangement à la société Enedis, successeur d’EDF. Ce progrès permettra sa restauration, pour accueillir le trésor liturgique de la cathédrale, probablement à l’occasion de son millénaire, en 2025.

Vers le millénaire des lieux en 2025

Sant Joan lo Vell, supplanté par la cathédrale Saint-Jean, de style gothique, souhaitée par les rois de Majorque, a été utilisé comme lieu de stockage alimentaire avant d’abriter une usine de production électrique dès 1892. Sous l’impulsion de l’entrepreneur et député Edmond Bartissol, ce lieu roman, consacré en 1025, doté d’un superbe portail en marbre sculpté et composé de trois nefs, devenait ainsi un vulgaire local technique. Il a été débarrassé de l’encombrant matériel en 2012.
L’ensemble cathédral de Perpignan, restitué dans la décennie prochaine grâce aux crédits de l’Etat, comprend le cloître-cimetière Saint-Jean ou « Campo Santo », ainsi que les chapelles Saint-Jean le Vieux, la Funerària et celle du Dévôt-Christ.

Partager

Icona de pantalla completa