Langue

Pablo Picasso, dont le 40e anniversaire de la mort sera rappelé le 8 avril 2013, fait l’objet d’une nouvelle mise en lumière au sein du musée qui porte son nom, dans le quartier gothique de Barcelone. Ce site, qui célèbre son cinquantenaire, accueille une rétrospective retraçant son propre processus de création, sur initiative directe du peintre, secondé par son secrétaire personnel et ami Jaume Sabartés, qui en a assuré la mise en oeuvre. En 1963, lors du régime franquiste, l’ouverture du Musée Picasso de la capitale catalane s’est effectuée discrètement, mais l’artiste, communiste déclaré, reconnu à l’échelle mondiale, avait souhaité un lieu à sa mesure, dans la ville de son adolescence, où il s’était formé.

Picasso et Barcelone, un ancrage fondateur

Pour ses 50 ans, le Musée Picasso de Barcelone présente jusqu’au 9 juin l’exposition « Genèse d’un musée », qui donne à voir sa propre démarche fondatrice, soutenue par l’épouse du génie cubiste, Jacqueline Picasso, la bonne société barcelonaise et la mairie de la ville. Documents et photographies décrivent le lien intime entre le jeune Andalou de Malaga et le Barcelone de fin du XIXe siècle, jusqu’à son profond ancrage dans la cité. Une deuxième exposition, intitulée « Les origines », présente l’amitié entre Picasso et Sabartés, qui ont lié connaissance en 1899, ainsi que le projet de transformation du quartier de la Ribera, donnant lieu à la création du musée, carrer Montcada. Une troisième réalisation montre le montage technique et politique du site, inauguré le 9 mars 1963 par le maire Josep Maria Porcioles, malgré le régime totalitaire.

Partager