Langue

Cinq mois après sa disparition, le 6 février 2012, celui que le monde de l’art planétaire estimait être le plus grand artiste catalan vivant, revient en Pays Catalan de France. L’universel Antoni Tàpies, au nom intimement lié aux collections du musée d’Art moderne de Céret, où il avait exposé pour la dernière fois en 1995, est en effet décédé le 6 février 2012 à l’âge de 88 ans. Ce peintre autodidacte, sculpteur et théoricien de l’Art, dont les oeuvres continuent de se vendre à prix d’or, a marqué son époque par son style informaliste, déroutant pour certains, éternel pour d’autres.

Une collection en provenance de Reykjavik

Du 30 juin au 14 octobre 2012, une rétrospective intitulée “Image, Corps, Pathos”, précédemment visible entre novembre 2011 et mars 2012 au musée d’art contemporain de Siegen, en Allemagne, puis au musée d’art de Reykjavik, en Islande, donne à voir 42 peintures et deux sculptures réalisées par l’artiste entre 1945 et 2008. Le fil conducteur en est un travail sur la matière et le corps de l’œuvre, au fil de 50 années de quête. Cet évènement, qui bouleverse les prévisions estivales du musée de la capitale de la région du Vallespir, est aussi l’occasion de montrer au public l’intégralité des œuvres du Barcelonais abritées au sein des collections du musée. La plus notoire, un diptyque mural de 4 mètres produit en 1992 selon une commande publique, est exposée à l’entrée des lieux.

Quel avenir pour la fondation Tàpies ?

Actuellement, le marché de l’Art est questionné par l’avenir de l’oeuvre de Tàpies, dont les seuls fonds détenus par la fondation qui porte son nom, à Barcelone, sont estimés à 50 millions d’euros. Les destinées de ce centre d’Art, ouvert aux nouvelles expressions, devraient être confiées exclusivement à la mairie de Barcelone et au gouvernement catalan, après le retrait de la participation financière de la famille Tàpies en 2013. Cette évolution a été concertée du vivant de l’artiste, autant inspiré par la description de la condition humaine que soucieux de mettre de l’ordre dans ses affaires.

Partager

Icona de pantalla completa