Logo
sol19º
Barcelona
sol16º
Girona
nuvols_parcials21º
Perpignan
nuvols_parcials14º
Toulouse

Jeudi 18 décembre 2014. 04:54h
publicitat



Vidéo

Action à Ille/Têt contre S. Neuville et M. Touraine

Newsletter

Vous recevrez très bientôt les infos de La Clau

Nom


e-mail


     

   

Offre Santé 300x250

Syndication


Actualité


Société
Les expériences alternatives à l'euro se multiplient en Europe

Une monnaie locale bientôt lancée à Perpignan

Dimanche 17.2.2013. 17:15h
Trente monnaies locales sont en circulation en France et vingt-cinq en Catalogne du Sud, dans un esprit de défenses des intérêts locaux et de dynamisation des économies de proximité. Une initiative comparable est en marche à Perpignan, où l'association "Permaculture et Transition en Pays Catalan" s'organisera sur ce thème au mois de mars.

La multiplication des monnaies locales en Europe, symbolisée par la devise "fiorito" de Filettino, village sécessionniste italien de 600 habitants, concerne les Pyrénées-Orientales. En France circule déjà une trentaine de ces modes de paiement, dont le "sol violette" à Toulouse ou la "cassole" à Castelnaudary, tandis que 25 autres monnaies parallèles existent en Catalogne du Sud. L'association "Permaculture et transition en Pays Catalan", qui prône l'agro-écologie et défend une "vie locale soutenable et résiliente", croit en une alternative à l'euro dans le territoire. Avec la bienveillance du Conseil général des Pyrénées-Orientales, cette structure adepte d'une relocalisation de l'économie face à la mondialisation présentera la "façon de créer une monnaie locale" le 7 mars à l'Hôtel du Département et le 19 mars à l'Université de Perpignan, avant d'en entamer le processus.

Les Jeunes UMP dénoncent la concurrence chinoise

Les monnaies locales, par nature valables sur un territoire restreint, visent à "maintenir la richesse là où elle a été produite" et à "créer du lien entre production, transformation, distribution et consommation", selon l'association promotrice à Perpignan. Ce principe trouve ses limites dans les Pyrénées-Orientales, où la logique des circuits courts, généralement associée à l'agriculture, est aussi problématique lorsqu'elle aborde le domaine industriel. Par coïncidence, le 14 février, les Jeunes UMP des Pyrénées-Orientales fustigeaient le Conseil général du territoire, qui distribue une souris d'ordinateur dotée de son logo, fabriquée en Chine. L'origine de ce gadget publicitaire faisait dire à la jeunesse de droite majoritaire : "le Conseil Général (...) ne vous soutient pas, il soutient la production Chinoise !".

En Roussillon, les circuits courts industriels sont sud-catalans

Face à la Chine, les circuits courts et l'absence d'industries spécialisées dans la fabrication de souris en Roussillon inviteraient à solliciter la toute proche région sud-catalane d'Olot, sauf préférence française. En effet, la proximité de la Catalogne du Sud, éclaircie par l'Union européenne, entraîne à Perpignan une pénétration de l'agroalimentaire, des plastiques ou des matériaux de construction sud-catalans. A terme, la pétrochimie, l'ingénierie touristique, les bières ou le Coca-Cola de Barcelone sont concernés, car les circuits courts industriels en Roussillon sont matériellement sud-catalans. En ce sens, ces prises de position associatives et politiques entrent dans un jeu nouveau, auquel participent le président de la Région Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin, et le Front National, partageant une crainte de Barcelone.

© Permaculture & Transition en Pays Catalan
© Permaculture & Transition en Pays Catalan
Souris informatique
Souris informatique "Made in China" du Conseil général des Pyrénées-Orientales © Jeunes Populaires 66






publicitat

Commentaires

5. baladra - hix 04.12.2019. 20.45h

ces commentaires font le tour de ce que l'on peut faire avec ces pretextes "arnaque" en tout genre. on peut ne pas aimer l'euro, mais pour le moment autant garder cette monnaie d'echange !!!


4. gdcat 04.12.2019. 20.30h

chez Spanghero ils ont "l'anechevalboeuf" qui vaut de ticket resto


3. Colas 03.11.2019. 21.15h

L'agglo et la ville de Perpignan achètent des souris produites dans les PO ? Il y a des industries qui non seulement désertent les PO mais aussi la France et l'Europe. J'aimerais connaître la provenance des objets promotionnels de l'ensemble des collectivités des PO (hypothèse : 100% des tshirt, stylos et autocollants sont produits dans des pays à bas coûts). Les jeunes populaires devraient éviter la tentation du ridicule...


2. Frédéric - Port-Vendres 03.11.2019. 20.15h

Aux Déferlantes d'Argelès aussi, il y a les Déferlous, qui permettent de vendre très cher des sandwichs trop petits, sous couvert de boboïsme universaliste. Payer 3,50 Déferlous un morceau de pain ça passe nettement mieux que de le payer 3,50 euros.


1. THOMAS - Perpignan 03.11.2019. 20.15h

L' USAP a déjà inventé sa monnaie locale : Le Tincset ... Mais la bierre est encore plus chére en Tincset qu'ailleurs an Euros.


5 -10 -20 -Tous
1



Commentaires

Votre commentaire, envoyé avec succès, sera validé très bientôt.
publicitat
1. CAMPAGNE STAR 468x60.gif


Les commentaires liés aux informations publiées par La Clau engagent exclusivement la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de La Clau.
© la-clau.net, 2006-2014
Blogs | Crédits | Mentions légales | PUBLICITÉ | CONTACT